cours_2007-12-04

Au menu ce soir :-

Médaillon de sole au saumon
Bûche féerique à la framboise
Baguette gourmande-
Cuissot de jeune sanglier de Lorraine aux cèpes-
Mirabelles de Lorraine

Médaillon de sole au saumon
Ingrédients

Pour 2 à 3 personnes :

 
4 filets de sole- 1 pavé de saumon (160 g)- fumet de poisson
Préparation
Couper le pavé de saumon en quatre, sans la peau. Détacher les filets de sole s’ils ne le sont pas. Prendre un filet, mettre un morceau de saumon dessus et rouler le filet de sole autour. Passer un pic en bois pour le maintenir, blanchir une feuille de poireau, couper très finement une lanière et l’enrouler autour du médaillon. Dans un faitout préparer le fumet de poisson et y déposer les médaillons, pocher 10 mn environ.Sauce : 30 cl de fumet de poisson type Maggi / 25 g de farine / 50 g de beurre / 15 cl de crème liquide / ½ citron / piment de cayenne, sel, poivre.Faire fondre le beurre dans une casserole, ajoutez la farine et mélangez 2 mn sur feu doux. Versez le fumet froid, en remuant énergiquement, faites bouillir un peu sur feu vif. Ajoutez la crème liquide, une pincée de piment de cayenne et un filet de citron.

Bûche féerique à la framboise

Ingrédients

Pour 6 à 8 personnes : – 1 paquet de biscuits roses de ReimsMousse de framboises :- 300 g de framboises – 2.5 dl de crème liquide- le jus d’un ½ citron- 100 g de sucre – 4 feuilles de gélatineSirop :- 2 dl de sirop de framboises – 1 dl d’eau avec éventuellement un peu d’eau de vieDécor : – Pâte d’amandes – 12 fraises Tagada- décors en chocolat

Préparation

Mixer 250 g de framboises avec le jus de citron et passer la purée obtenue pour éliminer les pépins. Tremper les feuilles de gélatine dans l’eau froide. Chauffer la moitié de la pulpe de framboises, y ajouter la gélatine bien pressée, puis le reste de pulpe bien froide.Fouetter la crème bien froide en chantilly bien ferme. L’incorporer délicatement à la pulpe refroidie. Préparer le sirop en mélangeant le sirop de framboises, l’eau + eau –de- vie. Tremper les biscuits dans le sirop et tapisser les bords côté sucre vers l’extérieur un moule à cake. Disposer dans le fond des biscuits coupés en deux dans la longueur face sucrée dessous. Remplir la moitié du moule de mousse de framboises, la recouvrir de la moitié des framboises restantes. Renouveler l’opération en alternant biscuits mousse et fruits. Recouvrir d’une couche de biscuits coupés en deux et de film alimentaire. Réserver 12 h au frais. Former des champignons avec de petites boules de pâte d’amande et les fraises Tagada et sujets en chocolat. Démouler la bûche et la décorer.

Baguette gourmande

Ingrédients

Pour 8 personnes : – 10 tomates cerises- 1 boule de mozarella- 10 feuilles de basilic- 3 tranches de jambon de Bayonne- 10 cubes de melon- 20 olives fourrées aux anchois- 20 grains de raisins frais- 40 cubes de gruyère- 20 tranches de saucisson sec- 1 boîte de cure–dent- 1 baguette de pain

Préparation

Préparez les premières brochettes. Mettre une tomate cerise avec un cube de mozarella et une feuille de basilic sur un cure – dent. Mettre sur un cure – dent un cube de melon, un morceau de jambon et une feuille de menthe, un cube de gruyère et une olive fourrée, un cube de gruyère et un grain de raisin. Pour finir piquer toutes les brochettes sur la baguette et décorer selon vos goûts, des petits parasols par ex…

Cuissot de jeune sanglier de Lorraine aux cèpes

Ingrédients

Pour 10 personnes
: –
2 à 2.2 kg de cuissot de jeune sanglier avec os- 100 g de cèpes secs- 2 gousses d’ail- 1 branche de thym- persil plat- 1 dl de cognac- 3 cuillères à soupe d’huile d’olive / sel / poivreMarinade : – 4 verres à vin rouge corsé- 1 oignon – 1 carotte- 1 gousse d’ail- persil plat et romarin- 1 branche de thym – 1 feuille de laurier- 6 baies de genièvre- 1 c. soupe d’huile d’olive- 6 grains de poivre
,Préparation
Préparez la marinade en mélangeant au vin, les épices et la carotte émincée , les herbes, les aromates. Disposez le cuissot de sanglier dans une grande terrine, couvrez le de la marinade et laissez 48 h au frais en retournant le sanglier de temps en temps. Réhydratez les cèpes pendant 4 h dans de l’eau tempérée, ensuite bien égoutter. Sortez le sanglier de la marinade, essuyez le soigneusement, passez la marinade au – dessus d’une casserole. Jetez les aromates, piquez le cuissot avec l’ail épluché. Faites chauffer l’huile dans une cocotte, faites dorer la viande sur tous les côtés, salez, poivrez, ajoutez le thym avec le persil noué. Versez 1 dl de marinade, couvrez et faites cuire à feu doux 2 heures en ajoutant peu à peu le reste de marinade. Trente minutes avant la fin de cuisson de la viande, ajoutez les cèpes et enlevez le couvercle de la cocotte. Cinq minutes avant la fin de la cuisson versez le cognac dans la cocotte et laissez s’évaporer en même temps, ajoutez le persil.Dressage :Lorsque le sanglier est cuit découpez le présentez le sur un plat de service chaud nappé de la sauce aux cèpes.

Mirabelles de Lorraine

Ingrédients

24 biscuits boudoirs secs réduits en poudre- 100 g de beurre mou – 1 c. à soupe de sucre semoule- 1 jaune d’œuf – 50 ml d’eau de vie de mirabelle
Préparation
le beurre mou, le jaune d’œuf et le sucre, mêlez à la spatule, versez l’eau – de- vie et mélangez afin d’obtenir une pâte bien homogène. Mettre la pâte à raffermir au frigo. Sortez la préparation et prélevez la valeur d’une cuillère à café de pâte, roulez la au creux de votre main de façon à obtenir une boule de la grosseur d’une mirabelle. Dans un ravier versez 2c.à soupe de sucre cristallisé, déposez quelques mirabelles fermez et secouer pour les enrober de sucre. Piquez un petit morceau d’angélique au- dessus, présentez – les en caissettes, se conserve 1 à 2 jours au réfrigérateur. Cette recette donne environ 50 mirabelles.

cours_2007-10-23

Au menu ce soir :

 Flans de poulet à l’estragon-
Gratinée au potiron- Tarte Tressana

Flans de poulet à l’estragon,

Ingrédients

pour 4 personnes : –
2 blancs de poulet- 3 oeufs- 25 cl. de crème fraîche- sel poivre noix de muscade
Préparation :
20 mn * Cuisson : 30 mn
Préparation

Hachez 2 blancs de poulet, mélangez-les avec 4 brins d’estragon ciselés, 3 œufs battus, 25 cl de crème fraîche fluide, salez, poivrez, ajoutez une pincée de noix de muscade râpée. Préchauffez le four th 6 ( 180°) Beurrez 5 petits ramequins. Remplissez-les de la préparation au poulet. Rangez- les dans un plat à four. Versez de l’eau frémissante à mi- hauteur. Puis placez le plat au four et laissez cuire 30 mn. Laissez reposez 5 mn avant de démouler. Servir tiède avec une salade de mesclun.

Gratinée au potiron

,Ingrédients

1.5 kg de potiron- 1 oignon- 2 œufs- 2 c. à soupe de chapelure- 50 g d’emmenthal râpé- 100 g de crème – 60 g de beurre- 1 morceau de sucre- noix de muscade sel poivre.

Préparation

Coupez le potiron en morceaux, tailler la chair en dés. Versez dans une cocotte épaisse ajoutez l’oignon pelé et émincé + le morceau de sucre, salez, poivrez. Faire cire à couvert sur feu très doux pendant 30 minutes. Préchauffez le four ( th 7 ) Beurrez 4 cassolettes, réduisez ensuite le potiron et l’oignon en fine purée. Incorporez la crème, le restant de beurre, le fromage râpé, 1 œuf entier et 1 jaune, salez , poivrez, muscade. Battre en neige le blanc du second œuf, ajoutez le ensuite avec précaution à la préparation précédente. Répartissez le mélange dans les cassolettes, parsemez de chapelure, enfournez et laissez gratiner 7 à 8 minutes et servez aussitôt.

Tarte Tressana

Ingrédients

Pâte à tarte :- 1 œuf- ½ verre de lait- ½ verre d’huile- ½ verre de sucre- ½ paquet de levure chimique- 1 pincée de sel – farineGarniture : – 1 paquet de pudding vanille- 2 pots de Tressana – 1 boîte de poires ou abricots au sirop- 1 paquet de nappage.

Préparation :

Mélangez tous les ingrédients et ajouter la farine jusqu’à ce que la pâte soit bonne pour étaler.Préparez le pudding le laisser tiédir et mélanger le Tressana au pudding. Etaler la pâte et verser la garniture, déposer les fruits dessus, enfourner ( th 6 ) et cuire pendant 35 à 40 minutes. Faire le nappage et l’étaler sur la tarte refroidie. Laisser reposer au réfrigérateur. On peut faire la tarte la veille elle est bien meilleure.

cours_2007-02-06

Au menu ce soir :

Saucisson brioché.
Gâteau aux carottes et noisettes.
Muffins aux pépites de chocolat.
Pâte feuilletée.

Saucisson brioché

Ingrédients

1 saucisse de Morteau- 250 g de farine – 3 œufs – 200 g de crème fraîche – 1 paquet de levure chimique – 1 pincée de sel – 1 pincée de sucre

Préparation

Piquer la saucisse de Morteau avec une fourchette et la mettre dans l’eau froide. Cuire à feu doux pendant 30 minutes, la laisser refroidir et la peler. Pendant ce temps préparer la pâte. Battre 3 œufs avec le sel, le sucre, la levure chimique et la crème fraîche. Ajouter petit à petit la farine en remuant bien pour avoir une pâte homogène. Beurrer un moule à cake, verser un peu de pâte au fond et introduire la saucisse en appuyant légèrement. Elle doit juste affleurer. Laisser reposer ainsi 20 minutes avant de cuire à four chaud ( th 7 ) ou ( 210°) pendant 30 minutes. Démouler chaud, déguster chaud ou tiède. Se réchauffe très bien. Accompagnée d’une salade verte.

Gâteau aux carottes et noisettes

Ingrédients

4 œufs – 200 g de sucre- 1/2 verre d’huile- 1/2 verre de lait – 200 g de farine- 100 g de fécule – 70 g de noisettes ou amandes – 1 paquet de levure chimique – 250 g de carottesGlaçage: – 250 g de sucre glace – un peu de rhum – 2 c à soupe

Préparation

Laver, éplucher et râper les carottes finement. Battre au robot les 4 œufs entiers et le sucre en mousse. Incorporer l’huile et le lait. Le mélange doit blanchir. Mélanger la farine, la fécule, la levure, les noisettes et les carottes toujours avec le fouet.Beurrer et fariner un moule à manqué, verser le mélange. Cuire 40 à 45 mn ( th 6 ) ( 180°)Laisser refroidir. Mélanger le sucre glace avec le rhum et l’eau, napper le gâteau du glaçage et le décorer de petites carottes en pâte d’amandes

Muffins aux pépites de chocolat

Ingrédients

Pour 12 muffins :- 250 g de farine – 1 sachet de levure chimique – 2 c. à soupe de cacao en poudre non sucré – 2 œufs – 150 g de sucre en poudre – 1 sachet de sucre vanillé – 25 cl. de lait – 8 c. à soupe d’huile de tournesol – 50 g de pépites de chocolat

Préparation

Vite prêt et économique – Préchauffer le four à 180° ( Th 6 )Mélanger la farine, la levure et le cacao. Battre les œufs avec le sucre vanille jusqu’à ce que le mélange blanchisse, ajouter le lait et l’huile. Verser la farine au cacao et mélanger bien de façon à obtenir une pâte homogène. Parsemer de pépites de chocolat et mélanger vigoureusement. Remplissez chaque empreinte avec la préparation et enfournez pendant 20 à 25 mn. Conseil:A défaut de pépites de chocolat vous pouvez concasser 50 g de chocolat noir.

Pâte feuilletée

Ingrédients

 500 g de farine – 300 g de margarine Orion- 1 pincée de sel – 1 grand verre d’eau bien froide (25 cl à peu près)
Préparation
Dans le robot mettre la farine, ajouter 30 g de margarine et bien travailler, ajouter l’eau, il ne faut pas que la pâte colle, elle doit être élastique. Etaler le pâton en un rectangle et déposer le reste de margarine en petits morceaux. Replier la pâte par – dessus et passer le rouleau. Mettre au frigo une vingtaine de minutes et refaire un pliage.

Les anciens maires

Les maires de Virming :

1795 – 1796 Nicolas Grimer
1796 – 1797 Jean-Pierre Roch
1797 – 1798 Joseph Lirman
1798 – 1799 Christophe Abel
1799 – 1802 Jean Oury
1803 – 1806 François Hoff
1806 – 1809 Nicolas Grimer
1809 – 1813 Christophe Jobert
1813 – 1820 Jean-Pierre Roch
1820 – 1821 Nicolas Jobert
1821 – 1830 François Hans
1830 – 1833 Nicolas Grimer (fils)
1833 – 1835 Martin Fohr
1835 – 1843 Henry Oury
1843 – 1848 Nicolas Jobert
1848 – 1865 Jean-Nicolas Hensienne
1865 – 1871 Jean-Nicolas Karst
1871 – 1882 Jean Turck
1882 – 1891 Laurent Schaeffer
1891 – 1906 Michel Houpert
1906 – 1908 Pierre Jobert
1908 – 1919 Amédée Susse
1919 – 1930 Jean-Michel Oury
1930 – 1940 Charles Corringer
1940 – 1945 Invasion Hitlérienne
1945 – 1947 Eugène Latterner
1947 – 1971 Michel Pilmes
1971 – 2014 André Pilmes
2014 – Yolande Houpert

L’orgue

  • L’une des richesses de notre patrimoine réside dans l’instrument décrit comme les trompettes du Seigneur dont chaque sonnerie est une prière et qui exaltent l’unité de foi de la communauté , les orgues donc. »

En effet, le département de la Moselle renferme de véritables trésors instrumentaux dont les plus anciens datent du 16éme siècle ! A Virming, nos orgues sont de facture contemporaine : 1988. L’instrument d’auparavant était trop abîmé par le temps pour être réparé. Grâce à la générosité des habitants du village et à une formidable solidarité, les orgues purent être reconstruites.
Composition de l’orgue :

  • Clavier manuel C-A°-D-d »’ 51 notes,
  • Bourdon 8′ 8/DViole 8′,
  • Flûte traversière 8′ D c dièze,
  • Montre 4′,
  • Flûte à cheminée 4′ 8/DNazard 3′ 8/D,
  • Doublette 2’Tierce étroite 1 3/5′ D,
  • Mixture III-IV 1′,
  • Trompette 8′ 8/DPédale C-A°-D-d’ 27 notes,
  • Buzène 8′,
  • Tremblant doux Tirasse mobile.

En effet, les fêtes du village organisées pendant la période estivale ont permis de récolter suffisamment d’argent pour subvenir aux coûts de fabrication. L’ensemble est remarquable d’ingéniosité : de petite taille, les orgues prennent place sur la tribune de l’église, en lieu et place des anciennes.

Réalisées dans du hêtre clair, elles dégagent un son clair et original reconnu par les plus grands organistes. Des compacts discs ont d’ailleurs été enregistrés à l’intérieur de l’église. L’originalité de ce patrimoine en Moselle appelait une action culturelle novatrice.Ainsi, en 1991, le Conseil général instaurait la première Route des Orgues à travers le département. Ainsi, pendant l’été résonnaient les instruments grâce aux talents des plus grands à chaque étape de cette route particulière. Virming fut ainsi choisit à plusieurs reprises pour son acoustique originale. Le loup de l’orgue. Sur la partie sommitale de gauche de l’instrument, l’œil exercé aperçoit un loup sculpté dans le bois ! L’étrange animal ouvre une gueule béante d’où s’échappe une large langue rouge ! Volonté d’effrayer les ouailles de notre village ? …

Non, il rappelle le sobriquet affublé aux habitants de Virming autrefois, les Wirmingenwolf ou Loups de Virming, réputés pour leur caractère taciturne et la solitude de leur village dans la campagne lorraine. « 

Terre & relief

La commune est principalement constituée de marnes irisées, de couleur variant du rouge au gris en passant par le lie de vin.
Ces argiles calcaires, peu perméables ont une épaisseur totale de l’ordre de 200 mètres. Les marnes, en dehors des zones humides, correspondent à des sols bruns très argileux, non pierreux, lourds à travailler et sensibles à l’engorgement en eau. Ces sols, bien pourvus en eau sont plutôt destinés à la production agraire.
Les marnes sont fortement recouvertes par des limons des plateaux, épais de 1 à 2 m en général. Ces placages de limons, qui recouvrent plus de la moitié Nord Ouest de la commune, laissent affleurer 2 autres couches géologiques sédimentaires, les marnes bariolées en forêt du Dellwald (comparables aux marnes irisées) et les grès rose près de la route de Francaltroff (argiles sableuses perméables).

Ce sol se distingue par son acidité, liée au lessivage du calcium et des autres bases échangeables (potassium, magnésium). Beaucoup plus léger et moins humide que le sol marneux, il se prête bien aux labours et aux drainages. Ce contexte géologique, à forte dominance argileuse et limoneuse, n’offre pas de niveau dur, résistant à l’érosion. Dans ces conditions, le relief apparaît très doux, sans forte pente, ondulé par les différentes vallées qui offrent un pendage très faible (0,1 à 0,2 %).

L’altitude maximale est atteinte en forêt de Mequin (267 m) ; les crêtes atteignant en général 250 m. Le point bas dans les vallées en limite avec Francaltroff et Neufvillage étant de 221 m.

Le coq du clocher

De notre clocher, trente années nous contemplent…Elément central du village, l’église demeure le point de convergence des vécues. C’est elle qui rythme de ces cloches et cérémonies le temps des campagnes.

C’est elle aussi qui indique le temps de demain.L’église, météorologue avant l’heure ? Bien sûr ! Voyez, au sommet de sa flèche, cet étrange girouette qui se tourne au gré du vent, indiquant, pour ceux qui savent déchiffrer cette danse ancestrale, le temps à venir. Crête au vent et cou tendu, le coq de notre village (nous parlons bien sûr de celui qui orne le clocher !) a donc cette tâche délicate de renseigner le plus judicieusement possible tous ceux qui espèrent en une clémence du ciel.

Malheureusement pour Virming, ce gardien des secrets d’Eole avait disparu depuis 1956. Encore coquelet, notre gallinacé posé là en 1953 n’avait su résister au caprice d’une tempête lorraine et s’était envolé vers d’autres cieux plus clément.

En 1987, le village décide de redonner une seconde chance à un coq d’envergure (plus d’un mètre !) et de 28 kg, confectionné par Joseph Schmitt, dinandier de son état. Cette oeuvre, permise grâce au dynamisme des habitants, nécessita cependant l’utilisation d’une grue de 60 tonnes afin de placer le nouveau coq sur son piédestal pivotant. L’église avait retrouvé son visage, et les anciens, le plaisir d’apprendre aux ignorants que nous sommes, que point n’est besoin de s’abîmer les yeux sur une image télévisée :

un peu d’expérience et un bon coq – girouette valent tous les bulletins météo du monde !

La mirabelle

La Mirabelle

La Lorraine est connue pour son fruit emblématique la mirabelle. Cette variété de prune fut introduite chez nous aux alentours du XVéme siècle.
La légende rapporte que la mirabelle fut offerte aux lorrains afin de les aider à panser les plaies de la terrible guerre de Trente ans en leur donnant un peu de plaisir. C’est devenu le fruit emblème de la région pour une raison simple : c’est en Lorraine et nulle part ailleurs dans le monde que l’on trouve la plus forte concentration de mirabelliers sur un même et unique territoire ! Ce fruit d’or, récolté à la fin de l’automne, permet lui aussi d’accommoder de nombreux plats : tartes, confitures, fruits au sirop….Cependant, la mirabelle est aussi utilisée pour la préparation d’une eau de vie sucrée qui réchauffe le coeur des Lorrains lors des rudes hivers !! A Virming, nous disposons d’une distillerie et de bouilleurs de crus qui perpétuent la tradition. Le processus est simple, le fruit récolté après une période de fermentation est cuit à très haute température dans un alambic.

La vapeur d’alcool qui s’en échappe est refroidie à travers un serpentin de cuivre et devient donc de l’eau … de vie !

Le Climat

Le territoire dans lequel s’intègre Virming appartient à une vaste zone géologique dont le relief est caractérisé par des côtes ou cuestas, déterminé par l’alternance de couches de roches dures (calcaire) et de couches de roches dites tendres (argile, sable).

Ces côtes se composent d’un revers qui forme des plateaux (le pays haut au nord de notre espace par exemple) et d’un front de côtes dominant des dépressions creusées dans les roches tendres : le Saulnois par exemple.Entre les deux, on observe une différence d’altitude de plus ou moins deux cent mètres.

Le climat que l’on observe à Virming est celui dit semi-continental, avec deux caractéristiques propres : des hivers froids, des étés chauds.

Mais le soleil qui règne dans le cœur des habitants suffit à réchauffer la vie !

cours_2007-06-05

Au menu ce soir :Cake au surimi et aux olives.Salade de tomates cerises et cœurs de palmier.Verrines à la crème d’avocat.Verres gourmand aux fraises façon tiramisu.

Cake au surimi et aux olives
Ingrédients pour 6 personnes :

 250 g de farine

 ½ sachet de levure chimique

 4 œufs – 150 g de fromage râpé- 10 cl d’huile d’arachide- 10 cl de lait – 10 cl de vin blanc sec- 200 g de surimi – 150 g d’olives dénoyautées- beurre pour le moule sel poivrefnt_default_italic,Préparation : 15 mn * Cuisson : 55 mnfnt_default_underline,PréparationTamiser la farine et la levure, ajouter un à un, délayer avec l’huile le lait et le vin. Saler et poivrer. Rajouter le fromage râpé , les olives et le surimi coupés en morceaux. Verser dans un moule à cake beurré. Faire cuire au four à 180° (thermostat 6) pendant 55 mn.fnt_default_bold,+ Salade de tomates cerises et cœurs de palmierleft,fnt_default_bold,IngrédientsPour 1 personne : – 50 de tomates cerises- 50 g de cœurs de palmier- ½ avocat- 25 g de crevettes roses décortiquées – 40 g de feta- 1 œuf – 1 c. café de jus de citron- huile de tournesol- 1 c. café de cerfeuil ciselé- 1 c. à café de persil ciselé- 1 c. à café de coriandre ciselée – 1 c. à café de vinaigre – 1 c. à café de moutarde – sel / poivrefnt_default_underline,PréparationEgoutter les cœurs de palmier, rincez- les et coupez- les en lamelles. Taillez la feta en petits dés. Pelez l’avocat, dénoyautez le, coupez le en tranches fines, puis citronnez – les. Préparez la sauce aux herbes. Versez dans un bol l’huile, l’œuf entier, la moutarde, le vinaigre, sel et poivre.Mixez quelques secondes pour émulsionner, puis incorporez les herbes ( ne remixez pas ) Dans un saladier, disposez les tomates cerises, les lamelles de cœur de palmier, les tranches d’avocat, les crevettes et les dés de feta. Arrosez de sauce aux herbes, salez, poivrez et dégustez aussitôt.fnt_default_bold,+ Verrines à la crème d’avocatleft,fnt_default_bold,IngrédientsPour 6 personnes : – 3 boîtes de miettes de crabe (ou surimi)- 3 avocats- 1 citron- 1 pamplemousse- 15 cl de crème liquide- sel / poivre / paprika / tabascofnt_default_underline,PréparationCouper le pamplemousse en dés, égoutter bien les miettes de crabe et les mélanger au pamplemousse. Mixer la chair d’avocat, ajouter le jus de citron, saler, poivrer, paprika et quelques gouttes de tabasco. Monter la crème bien froide en chantilly et l’incorporer à la crème d’avocat. Dans des verres mettre au fond une couche de crabe ou surimi, puis une couche de crème d’avocat. Filmer et réserver au frais jusqu’au moment de servir. On peut décorer avec une tomate cerise, feuilles de menthe.fnt_default_bold,+ Verres gourmand aux fraises façon tiramisuleft,fnt_default_bold,IngrédientsPour 6 personnes :- 250 g de mascarpone- 250 g de fraises- 2 œufs – 100 g de sucre – une vingtaine de biscuits à la cuillère(ou biscuits roses de Reims)fnt_default_underline,PréparationPour le sirop de trempage : un verre d’eau / 4 c. à soupe de sirop de fraise ou grenadine / 8 c. à soupe de kirsch ou de l’eau de fleur d’oranger.Pour la crème : Séparez les blancs des jaunes des œufs, blanchissez les jaunes avec le sucre, puis ajoutez le mascarpone, montez les blancs en neige puis ajoutez –les au mélange. Coupez les fraises en lamelles ou en dés et réservez quelques une pour la décoration.Dressage : Imbibez les biscuits dans les sirop, puis disposez – les au fond d’un verre ou coupes. Par – dessus mettre les fraises en lamelles et terminez par une couche de mascarpone. Filmez et laissez prendre au frais quelques heures. Au moment de servir décorez le dessus d’une fraise et feuilles de menthe, amandes effilées grillées.

Son Histoire

Une richesse du sous-sol : le sel. Virming se situe au sein d’un territoire hérité de l’histoire appelé le SAULNOIS, ou Pays du Sel, une dénomination qui nous vient de l’Antiquité.En effet, la rivière la Seille qui traverse ce pays arrose une vallée marécageuse et fertile, coupée par des sources d’eau salée. Richesse originelle du Saulnois, le sel, affleurant, est très tôt exploitable puisqu’il ne nécessite pas, pour son extraction, de gros moyens techniques. Il permet d’ailleurs la floraison d’une plante unique, la salicorne, considérée comme une épice locale.

Au Moyen-Age, l’exploitation du sel, alors aux mains de l’évêque de Metz, s’effectue par des puits d’où l’on extrait l’eau salée qui est ensuite chauffée. Les briquettes de sel alors obtenues sont acheminées par la Seille jusqu’à Metz, où il fait le succès des foires d’alors.Le Saulnois connaît alors un essor important. Au centre des conflits entre royaume de France et duché de Lorraine, le sel à l’époque moderne est tour à tour instrument de conquête dans la politique d’indépendance lorraine tout d’abord, mais aussi dans la politique d’installation de la monarchie française ensuite.

Un puit oublié ?

Le visiteur égaré dans les forêts de notre village trouvera peut être, au hasard de sa promenade, un endroit quelque peu oublié des hommes, reclus dans un petit vallon, à l’abri du temps…

Ce lieu ancestral demeure masqué par des buissons et des taillis, véritables gardiens naturels de ce trésor de notre mémoire. Là, pour qui sait s’armer de courage et de patience, après les ronces qui vous piquent, après les bruits des animaux effrayés, le trésor s’étale sous les yeux : un vieux puits de pierre, figé par le temps et qui semblait vous attendre… Un puits ? Pas n’importe quel puits, un de ceux qui font la mémoire des hommes, un de ceux dont plus personne ne peut dire la provenance, un puits qui semble toujours avoir été là, et peut être même avant que l’Homme fut…
puit
Oui, un puits, mais pas n’importe quel puits, un puits qui a vu naître toutes celles et tous ceux qui ont vécu dans notre village.Oui, c’est vrai, les anciens racontent que de cet endroit naissent les enfants de Virming, de ces eaux claires et profondes qui vous glacent les mains en hiver et rafraîchissent l’été lorrain. Ces eaux maternelles, mémoire vivante et commune, ventre nourricier d’où tout s’échappe, rient au doux soleil du printemps et murmurent leurs secrets à l’automne languissant. Quelques tristes incrédules ont cru bon de donner une identité toute rationnelle à ces pierres rondes : elles auraient été construites sur une antique route gallo-romaine comme le témoigne leur nom route des Païens.

Mais n’est-ce pas justement pour ces incrédules sans poésie que ce lieu magique est apparu, afin qu’ils n’oublient jamais l’humilité de leur existence ?

Voyez vous mêmes, perdez-vous au creux de ce vallon, au delà de nos vignes, et puis, non sans mal il est vrai, vous découvrirez ce vieux puits solitaire, aux bonnes eaux fécondes. Asseyez vous le temps d’un instant et tendez l’oreille : ce murmure rieur qui s’échappe et caresse votre oreille vous conte avec délice le secret de ce lieu plein de symbole, celui d’une naissance permise par le mariage de la pierre et de l’eau…

Mais n’est-ce pas là en résumé l’histoire de l’humanité ?

Le conseil municipal

Le conseil municipal

Le conseil municipal a été élu le 23 mars 2014. Vous pouvez questionner ou soumettre vos idées aux élus en remplissant notre formulaire.
Composition du conseil municipal :

  • Yolande Houpert – Maire
  • Fernand Houpert- 1er adjoint
  • Christian Scherer – 2ème adjoint
  • Bernard Delles
  • Florence Hoerner
  • Muriel Pilmes
  • Patrice Bourrion
  • Franck Houpert
  • Gilbert Michel
  • Estelle Houpert
  • Regis Rostoucher
  • Secrétaire : Evelyne Thisse

Histoire

stanislas-leszczynskiVirming n’est possession française qu’au 18ème siècle. En effet, autrefois terre du duc de Lorraine, le village n’entre véritablement dans le giron français qu’à la mort de Stanislas Leszczynski, beau-père de Louis XV, en 1766.

Auparavant, il participe à l’histoire du duché, marquée essentiellement par la terrible Guerre de Trente Ans (1618-1648) qui oppose au départ les princes protestants allemands et les Habsbourg, souverains catholiques de l’Empire Germanique.